La revue ciné de mai

Le mois de mai écoulé n’a pas vraiment apporté de belles surprises de cinéma… Deux comédies françaises se sont distinguées mais pourtant c’est le nouveau Ozon qui décroche la troisième marche du classement. En haut du podium, les deux films qui se partagent la 1e et 2e place, brillent par leur pertinence. Explications dans le bilan cinéma, composé à quatre mains.

Lire la suite de « La revue ciné de mai »

Publicités

Rodin, la création avant tout

Quatre ans après Mes séances de lutte, Jacques Doillon lève le voile sur la vie, l’œuvre et les amours d’un des plus grands sculpteurs français, Auguste Rodin. Sous ses airs de biopic, le long-métrage séduit autant qu’il déstabilise par sa retenue et sa narration elliptique. En salles depuis le 24 mai 2017.

Lire la suite de « Rodin, la création avant tout »

Alien : Covenant ou l’expédition de trop

Plus qu’attendues au tournant, les nouvelles aventures des cruels xénomorphes confirment les craintes attisées par les bandes-annonces. Toujours réalisé par Ridley Scott, Alien : Covenant fait piètre figure face à son illustre modèle. Pire encore, le long-métrage peine à remplir son rôle de divertissement anxiogène. Un échec à découvrir en salles – ou pas – le 10 mai 2017. (Attention, risque de spoilers élevé)

Lire la suite de « Alien : Covenant ou l’expédition de trop »

Get Out : cauchemar raciste dans l’Amérique progressiste

Aussi soudain que mérité, le succès critique et public de Get Out témoigne de la vitalité du cinéma de genre engagé sur grand écran. À mi-chemin entre le thriller horrifique et la satire sociale, le premier long-métrage de Jordan Peele raconte le week-end cauchemardesque d’un jeune homme (noir) parti rencontrer les parents de sa petite amie (blanche) à la campagne. Acerbe et paranoïaque, l’œuvre se révèle d’autant plus pertinente et politique dans le contexte d’une Amérique post-Obama. En salles depuis le 3 mai.

Lire la suite de « Get Out : cauchemar raciste dans l’Amérique progressiste »

Tunnel : survivre six pieds sous terre

Trois ans après son polar Hard Day, Kim Seong-hun s’essaye, avec Tunnel, au film de genre. Au cœur d’une catastrophe, un père de famille tente de survivre durant plusieurs jours, enseveli sous les décombres d’un tunnel effondré. Malgré un concept périlleux, le long-métrage se démarque par une mise en scène astucieuse et une charge politique acerbe. Un objet aux allures de survival, sorti le 3 mai 2017.

Lire la suite de « Tunnel : survivre six pieds sous terre »

La revue ciné d’avril

Aux déceptions du mois précédent, se sont succédé les curiosités d’un avril inégal et déroutant.  Une saison dominée par la révolte d’une femme dans l’Angleterre rurale du 19ème siècle, la mélancolie d’un père à la reconquête de sa famille et l’univers enchanteur de l’Opéra national de Paris…mais aussi ébranlée par des productions désolantes. Quelles ont les réussites et les déconvenues du mois ? Bilan à quatre mains. Lire la suite de « La revue ciné d’avril »

Power Rangers, nostalgie douce-amère

À la surprise générale, la célèbre franchise des Power Rangers s’offre une nouvelle jeunesse sur grand écran. Pour cette troisième adaptation cinématographique, le réalisateur Dean Israelite s’attelle au pari ardu d’actualiser une icône de la pop culture des années 1990, reléguée jusqu’ici aux déclinaisons parodiques et nostalgiques. Loin d’être la purge annoncée, le film livre un divertissement solide malgré les faiblesses inhérentes au blockbuster américain. En salles depuis le 5 avril 2017.

Lire la suite de « Power Rangers, nostalgie douce-amère »