La revue ciné de juin

Depuis quelques mois, les surprises au cinéma se font rares… Si bien qu’un film d’épouvante et une comédie française, deux genres qu’on n’attendait pas forcément, se sont finalement imposés dans la revue de ce mois de juin. Quelles ont été les autres réussites et les grandes déceptions du mois ? Bilan à quatre mains.

Lire la suite de « La revue ciné de juin »

The Last Girl – Celle qui a tous les dons

Dans une Angleterre post-apocalyptique, terrassée par un virus mortel, une jeune fille pourrait être la clé d’un antidote et préserver ainsi le futur de l’humanité. Lauréate du Prix du Public au Festival de Gérardmer de 2017, cette nouvelle variation du film de zombies séduit d’abord par son approche intimiste et son personnage principal intrigant…avant de reprendre automatiquement les codes du genre sans parvenir à les transcender. En salles depuis le 28 juin 2017.

Lire la suite de « The Last Girl – Celle qui a tous les dons »

It Comes At Night, une famille aux portes de l’enfer

Une maison dans les bois, une famille recluse, une mystérieuse épidémie, l’arrivée d’un intrus…Pour son deuxième long-métrage, Trey Edward Schults (Krisha) conte une tragédie humaine minimaliste, à mi-chemin entre le huis-clos atmosphérique et le mélodrame familial. Un excellent film d’épouvante trompe l’œil, à découvrir en salles depuis le 21 juin.

Lire la suite de « It Comes At Night, une famille aux portes de l’enfer »

Wonder Woman, les origines de la légende

À l’ombre de leurs homologues masculins virils, les super-héroïnes n’ont jamais eu la chance de percer au grand écran. C’est désormais chose faite grâce au long-métrage de Patty Jenkins, véritable carton au box-office américain. Un succès amplement mérité puisque Wonder Woman s’impose comme un divertissement tout en puissance et bonté. À découvrir en salles le 7 juin 2017.

Lire la suite de « Wonder Woman, les origines de la légende »

La revue ciné de mai

Le mois de mai écoulé n’a pas vraiment apporté de belles surprises de cinéma… Deux comédies françaises se sont distinguées mais pourtant c’est le nouveau Ozon qui décroche la troisième marche du classement. En haut du podium, les deux films qui se partagent la 1e et 2e place, brillent par leur pertinence. Explications dans le bilan cinéma, composé à quatre mains.

Lire la suite de « La revue ciné de mai »

Rodin, la création avant tout

Quatre ans après Mes séances de lutte, Jacques Doillon lève le voile sur la vie, l’œuvre et les amours d’un des plus grands sculpteurs français, Auguste Rodin. Sous ses airs de biopic, le long-métrage séduit autant qu’il déstabilise par sa retenue et sa narration elliptique. En salles depuis le 24 mai 2017.

Lire la suite de « Rodin, la création avant tout »

Message from the King, la vengeance à bout de souffle

Pour son nouveau long-métrage en langue anglaise, Fabrice Du Welz (Calvaire, Vinyan) filme la vengeance mutine d’un Sud-africain sur les terres moites de Los Angeles. Si Message from the King déconcerte par sa simplicité et son classicisme, l’œuvre est sauvée par quelques fulgurances inattendues. En salles depuis le 10 mai.

Lire la suite de « Message from the King, la vengeance à bout de souffle »