La saison 4 de Peaky Blinders sur Arte

Alors que la saison 4 vient de s’achever outre-Manche, la chaîne Arte diffuse ce soir et demain l’intégrale des 6 épisodes, à voir en replay toute la semaine. Une nouvelle saison menée d’une main de maître par Steven Knight qui nous entraîne dans une histoire de vengeance sombre et sanglante. Avec Peaky Blinders, mieux vaut ne pas s’attacher aux personnages au risque d’être déçu ! La série ne cesse de surprendre le spectateur et de se renouveler. Alors, ne sortez plus ce soir, mais découvrez (en langue originale s’il vous plait) les aventures de Tommy Shelby, face à la mafia new-yorkaise de Luca Changretta.

Ils portent de longs manteaux, des costumes deux ou trois pièces avec chaîne de montre en or, des casquettes où sont cachés des lames de rasoir (d’où leur nom), ils ont une coupe et un style reconnaissable entre mille… C’est bien le gang de Thomas Shelby, brigands-gentlemen, qui, cette année, se retrouve en danger, cible d’une vendetta. Pour survivre, les Peaky Blinders vont devoir affronter une famille sicilienne venue de New York et menée d’une main de maître par Lucas Changretta. Vous ne connaissez pas la série ? Ne lisez pas plus et allez directement en bas de l’article pour les 5 bonnes raisons de regarder Peaky Blinders !

cillian-murphy-thomas-shelby

Pour les autres aficionados, l’heure du bilan a sonné. La saison 3 nous avait laissé sur le carreau, après la trahison du chef de famille. Thomas Shelby avait fait emprisonné les frères et la tante, bientôt sur l’échafaud, avant d’être sauvés… de justesse. On retrouve donc notre héros à la veille de Noël, en 1926, séparés de ses proches, plutôt rancuniers. C’était sans compter l’arrivée d’une « main noire » à leur domicile, qui va bousculer leurs habitudes. Une vendetta est lancée contre les Shelby et Tommy reprend le rôle qui lui colle à la peau, et décide de sauver tout le monde.

Bien rythmée, cette saison a été marquée par de nouvelles arrivées : celle de Luca Changretta, interprété par Adrian Brody, qui pèche par un jeu poussif, agrémenté de mimiques et d’un mauvais accent italien, et celle, bien meilleure, du chef gitan Abemara Gold (le très inspiré Aidan Gillen) chargés de leur protection.  Comme chaque année, les 6 épisodes sont trop courts. On peut regretter le final à rebondissements, parfait pour créer la stupeur chez le spectateur mais déjà vu, et le manque de développement de certains personnages, notamment la relation entre Gold et son fils boxeur.

Malgré ces quelques points plus ternes, la saison 4 se distingue par une intrigue principale très lisible et moins complexe que les précédentes. Le résultat est positif : du divertissement, des rebondissements et de l’émotion. La vendetta permet aux Shelby de revenir au fondamentaux : les liens du sang et la famille. Quel plaisir de voir à l’écran, Tante Polly, Arthur Shelby, Michael Grey ou encore Ada Shelby, dans leurs maisons en brique du quartier de Small Heath à Birmingham. Car ce qui fait le charme de la série, ce sont également la reconstitution et l’ambiance qui se dégage de l’esthétique sombre et soignée. Toujours aussi remarquable.

4 bonnes raisons de regarder Peaky Blinders !

Peaky-Blinders-steven-knight

Peaky Blinders retrace l’ascension de la famille Shelby, menée par Thomas (Cillian Murphy). De petits parieurs hippiques illégaux, ils vont bientôt avoir la ville de Birmingham à leur pied… Quatre saisons plus tard et de nombreux rebondissements, la série n’a rien perdu de son attrait et de son charme. Chaque année, elle se place en bonnes places des tops séries. La preuve en quatre points.

1. L’esthétique et la reconstitution historique. La série se déroule en plein essor industriel et une fois devant l’écran, on se retrouve embarqué dans ce début du siècle, en plein essor industriel et l’on sent l’humidité, l’odeur de cigarette, celle des machines des ouvriers et celle de la sueur de ces derniers. Le créateur, Steven Knight, a réussi le pari fou de recréer un monde qui fait fantasmer. Les combats de boxe interdits, les fusillades en pleine journée, la contrebande, la police soudoyée… Rien ne semble arrêter ces Peaky Blinders, surpuissants mais pourtant terriblement humains. D’ailleurs, s’il vous font rêver, réjouissez-vous. Knight vient de lancer sa marque de vêtements. Quel homme n’a pas rêvé de se glisser dans les tenues chics des frères Shelby ? Avec Garrison Tailors, c’est possible !

2. Le charisme du héros et de son interprète. Cillian Murphy, déjà vu chez Ken Loach, Danny Boyle ou encore Christopher Nolan, trouve grâce au créateur Steven Knight, un rôle à la hauteur de son talent et de sa carrure. Homme fort de la série, Thomas Shelby est le frère sur lequel tout le monde se repose. De petit fraudeur de course hippique, il poursuit son ascension sociale à travers les saisons. Puisque chaque homme a ses faiblesses, Tommy est un rescapé de la guerre 14-18 et en garde des traumatismes. Son histoire d’amour avec Grace est l’une des plus intenses de la télévision.

3. Les interprètes. Autour de Cillian Murphy gravitent de nombreux acteurs de talent. Des internationaux, à l’instar, de Sam Neill, jouant un inspecteur venu chasser les Shelby de Birmingham dans la première saison, Adrien Brody, mafieux décidé à en découdre avec les Peaky Blinders dans la quatrième saison, ou encore Tom Hardy, qui cabotine dans son rôle de gangster juif à la tête d’un petit empire. Pourtant, c’est parmi les acteurs récurrents que l’on trouve les meilleures surprises. Arthur Shelby (Paul Anderson) est la révélation de la série, dans le rôle de ce grand frère dans l’ombre, paumé et faible. Helen McRory épate également dans son rôle de femme forte.

4. La bande son rock et anachronique. Nick Cave and the Bad Seeds résonne dans les bas fonds de Birmingham, pourtant ce n’était pas vraiment le genre de mélodie qu’on écoutait dans les années 20… Comme toute bonne série anglaise qui se respecte, Peaky Blinders frappe fort avec des musiques indémodables : Radiohead, The Killes, Pete Yorn… Tous contribuent au charme unique de la série.

Publicités

2 commentaires sur « La saison 4 de Peaky Blinders sur Arte »

  1. Je suis une fan des débuts. j’ai été très surprise de voir arriver si tôt la saison 4. Et j’avoue ne pas avoir apprécié de devoir la consommer en deux soirées. Moi je ne suis pas de celles qui engloutissent les séries et autres d’un bloc. J’aime quand ça dure pour pouvoir en apprécier toutes les nuances, se faire des films sur la suite… déjà que six épisodes ce n’est pas bien long (même si j’avoue que cela me convient parfaitement). Du coup cette quatrième saison, je ne l’ai pas vraiment appréciée. Et puis, je trouve que ce n’est pas la meilleure. J’ai trouvé l’intrigue trop classique par rapport aux saisons précédentes. je pourrai même dire une intrigue un brin paresseuse. Adrien Brody m’a profondément déçu. Son jeu est trop marqué, il est dans la caricature du mafieux. Pas foncièrement engageant.
    Il faut dire qu’au vu de la qualité des trois premières saisons, je suis devenue très exigeante !
    Mais il y a toujours des sursauts qui vous fendent le coeur et Arthur et Polly sont toujours aussi captivant comme bon nombre d’autres personnages… je suis fan de cette série.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s