Big Little Lies, petits secrets, grands mensonges

Une vie parfaite est-elle un mensonge parfait ? En adaptant pour la télévision le best-seller de Liane Moriarty, Petits secrets, grands mensonges, David E. Kelly et Jean-Marc Vallée plongent dans le quotidien violent mais ordinaire de cinq mères de famille. Dimanche dernier, Big Little Lies s’est achevée par un épisode magistral, tant par sa mise en scène que par son propos. La série diffusée sur la chaîne HBO est disponible en France sur OCS ! Attention, spoilers, ne lisez que si vous êtes à jour.

La violence s’immisce dès le premier épisode. A la sortie de l’école, lors du premier jour de rentrée, la fille de Renata (Laura Dern) accuse le fils de Jane (Shailene Woodley), de l’avoir étranglé, devant tous les parents et enfants. Ziggy, nouveau venu, nie en bloc et reçoit le soutien de sa mère. Trop tard, la tension est installée. Madeline (Reese Witherspoon) et Celeste (Nicole Kidman) se rangent du côté de Jane, formant un trio inséparable, tout le long de la saison. Pour compléter le tableau s’ajoutent à ces femmes, la jeune Bonnie (Zoë Kravitz), bien moins présente à l’écran mais dont le rôle dans la série sera décisif.

Big Little Lies, en français Petits secrets, grands mensonges, suit le quotidien de ces femmes, toutes mères de famille, entre jalousie, vie de famille et surtout jeu d’apparences. Qui sont-elles vraiment ? A qui appartiennent les regards constamment filmés dans le rétroviseur ? Jean-Marc Vallée, à qui l’on doit notamment les films C.R.A.ZY., Dallas Buyers Club et Wild, accorde beaucoup de soin aux petits moments, comme celui du matin, quand chacune emmène son enfant à l’école en voiture. Quels que soient leur profil (mère au foyer, business woman ou prof de yoga branchée), aucune d’elles ne manquent à leurs devoirs de mère modèle… mais que se cachent-ils vraiment sous les apparences ? C’est bien tout l’intérêt de cette ambitieuse série, qui, en parallèle, développe une enquête de police sur un meurtre produit quelques semaines après l’incident de l’école. Evidemment, pour garder la tension intacte, le meurtrier, la victime et les circonstances ne seront dévoilés au spectateur que dans le dernier acte, magistral. Le montage de Jean-Marc Vallée alterne donc la vie de chacune, et des scènes d’interrogatoires, souvent à charge contre ces cinq femmes. « On ne peut pas être si parfaite. »

Madeline (Reese Witherspoon) dans Big Little Lies de Jean-Marc Vallée © HBO
Madeline (Reese Witherspoon) dans Big Little Lies de Jean-Marc Vallée © HBO

Les héroïnes vivent dans la petite ville côtière idyllique de Monterey, en Californie et en dépit de leur train de vie très aisé et déconnecté de nos réalités (à l’exception de la plus jeune, Jane), le créateur réussit à saisir avec une grande justesse la violence de la vie quotidienne. Celle qui s’insinue derrière chaque porte close et qui pousse les gens à … garder de petits secrets. Le traitement le plus pertinent et le plus intense est celui de Celeste et de son mari Perry (Alexander Skarsgård). Derrière les apparences de vie parfaite (ils sont riches, beaux et parents de deux adorables enfants), se cache une sombre vérité, comme le sous-titre de la série le souligne : « A perfect life is a perfect lie » (une vie parfaite est un mensonge parfait). Celeste, admirablement interprétée par Nicole Kidman, est un personnage complexe et subtil. Femme battue (il est impossible de l’imaginer au début de la série), elle ne cesse de donner des excuses à son tortionnaire. Pire encore, elle n’ose avouer, ni à Madeline, ni à Jane, le terrible secret qu’elle cache. N’est-elle pas la femme parfaite ? Le poids des apparences est colossal, mais toutes, y compris Celeste, sauront peu à peu s’en défaire, qu’il s’agisse d’affaires d’adultère (Madeline) ou de viol (Jane).

C’est dans le final que Big Little Lies révèle toute sa puissance dramatique. Lors d’une soirée déguisée – les femmes en Audrey Hepburn, les hommes en Elvis Presley -, toutes les tensions accumulées lors des épisodes précédents, s’apprêtent à exploser. Pour le spectateur, c’est le moment tant attendu : quel meurtre a été commis ? Pour la révélation, Jean-Marc Vallée choisit une mise en scène intelligente, prolongeant encore plus, si c’était possible, le suspense. Il y a d’abord la découverte du corps, suivi des interrogatoires, en sourdine pour le spectateur, des principales intéressées, et finalement comme un dernier acte libératoire, il y a la scène de meurtre. Le réalisateur y intercale des images de vagues s’éclatant sur des rochers et d’autres des cinq héroïnes, accompagnées de leurs enfants courant sur la plage, sans aucun homme. Après le meurtre de Perry, les femmes partagent un nouveau secret immense, qu’il faut mettre à l’abri des autres, et surtout de la police. Mais pour l’heure, sur cette plage, les cinq semblent jouir d’une immense liberté, d’un apaisement qu’on espère infini.

Publicités

6 commentaires sur « Big Little Lies, petits secrets, grands mensonges »

  1. Ca fait une éternité que je me demande si je vais tenter cette série ou non (parce que là, je suis en plein « 13 reasons why »)(oui, finalement, je la tente)… Bon, je me suis faite spoiler en lisant ton article (mais j’avais été prévenue, donc je me plains pas hein), mais maintenant, je sais que la balance penche davantage en faveur d’un « oui » que d’un « non, on dirait que Kidman a des faux cheveux ».

    Aimé par 1 personne

  2. Reese Witherspoon et Nicole Kidman étaient vraiment à la hauteur ! Big Little Lies dénonce les violences faites aux femmes, qui vivent très souvent dans le silence. Cette série TV met en avant avec réalisme la puissance de la violence.

    À bientôt !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s