Miss Sloane, reine de la guerre politique

En salles depuis le 8 mars, Miss Sloane est une plongée passionnante dans l’univers complexe du lobbying politique. Habilement mis en scène, le long-métrage de John Madden dresse le portrait retors d’une femme d’affaires, incarnée par une magistrale Jessica Chastain. Une belle surprise.

Lobbyiste à la réputation impitoyable, Élisabeth Sloane (Jessica Chastain) est prête à tout pour gagner. Son talent et sa personnalité attirent bientôt les grands représentants du puissant lobby des armes. Contre toute attente, elle quitte sa prestigieuse société pour appuyer une campagne pour une régulation plus stricte des armes à feu aux États-Unis. À la tête d’une équipe recomposée et sous le regard impuissant de son nouvel employeur (Mark Strong), la femme d’affaires va se livrer à un impressionnant bras de fer avec ses anciens collaborateurs et les hautes instances du Congrès américain. Poussée au procès à cause de ses méthodes peu orthodoxes et amorales, elle fera tout pour lever le voile sur les véritables règles du jeu en vigueur à Washington, où seule la victoire importe.

Sujet aussi délicat que rare sur le grand écran, le lobbying investit chaque scène de Miss Sloane. Dès les premières secondes, John Madden (Indian Palace, Shakespeare in Love) immerge le spectateur dans cette profession institutionnalisée aux États-Unis. « Le lobbying c’est anticiper. Deviner les plans de son adversaire et préparer des ripostes. Le gagnant a toujours un coup d’avance. C’est surprendre sans se laisser surprendre. », explique le personnage principal, face caméra. À mi-chemin entre Frank Underwood (House of Cards) et Patty Hewes (Damages), Élisabeth Sloane ne cessera de déployer toute la complexité de sa profession. Elle donne à voir (faute de comprendre) les méthodes employées par les lobbyistes pour servir les intérêts politiques et juridiques de leurs clients. À la manière d’un thriller politique, le long-métrage met en scène d’implacables confrontations verbales et scrute les coulisses de stratégies politiques, toutes plus redoutables les unes que les autres.

Amoral, cet art de la guerre politique met en scène des adversaires qui ne cessent de se contrer et de se discréditer auprès de l’opinion publique. Sans vergogne, le personnage principal tentera de remporter les faveurs de la population féminine, électorat encore indécis et silencieux sur la question du port des armes à feu. Son désir de victoire et sa soif de défis l’amènent constamment à mentir, manipuler, enfreindre les lois. « J’ai grandi dans le mensonge. Je ne l’ai pas voulu mais il a fallu… », se défend-elle. Dans une intense scène où elle se confronte à son adversaire (et ancien supérieur) lors d’un débat télévisé, la reine des pirouettes éthiques n’hésite pas à exposer le passé traumatisant d’une de ses plus proches collaboratrices, Esmé (Gugu Mbatha-Raw), sous le regard consterné de cette dernière. Qu’importe l’impact personnel et les dommages collatéraux engendrés, Élisabeth Sloane remporte les faveurs des spectateurs et enterre son adversaire. Et cultive un peu plus sa réputation sulfureuse.

À la tête d'une nouvelle équipe, Miss Sloane (Jessica Chastain) va se lancer dans une impitoyable guerre contre le lobby des armes. © Kerry Hayes /Europacorp/France 2 cinéma 2016.
À la tête d’une nouvelle équipe, Miss Sloane (Jessica Chastain) va se lancer dans une impitoyable guerre contre le lobby des armes. © Kerry Hayes /Europacorp/France 2 cinéma 2016.

De son allure frêle et sa peau diaphane, Jessica Chastain (nommée aux récents Golden Globes) s’impose une nouvelle fois dans un rôle puissant et impitoyable, quelques années après Zero Dark Thirty et A Most Violent Year. Calculateur et presque robotique, son personnage est la reine d’un échiquier sans équivalent masculin. Les hommes de Miss Sloane peinent à lui tenir tête et l’approcher. Pas même l’escort qu’elle convoque chaque soir dans sa chambre. Plus complexe, sa relation avec sa collaboratrice Esmé n’est pas sans rappeler la dynamique qui caractérisait les héroïnes de la brillante série Damages. La frontière entre manipulation et empathie en devient si poreuse que chaque parole prononcée par Sloane suscite le doute, la suspicion. Sans attache et droguée, celle que son avocat qualifie d’« icône du métier le plus immoral depuis les guérisseurs » cache évidemment une fragilité que John Madden ne traitera qu’en surface, préférant se concentrer sur ses agissements méprisables. Le twist final ne fera que qu’épaissir cette tension psychologique.

La réalisation – trop propre mais efficace – de John Madden fait de cette Miss Sloane une expérience aussi divertissante que fascinante. Servi par l’excellent premier scénario de Jonathan Perera, le film n’hésite pas à emprunter au film d’espionnage à la James Bond, quitte à se montrer parfois maladroit et poussif (l’utilisation d’un cafard-espion). À l’image de la gestuelle de son héroïne, le film offre une narration au rythme effréné, à l’hyperactivité permanente. Paroxysme de cette guerre entre mastodontes du lobbying, l’agression d’Esmé par un militant pro-armes révèle la complexité des campagnes électorales et les contradictions d’une société en constante recherche de sensationnalisme et de spectacle. L’homme violent est finalement abattu par un civil armé, célébré plus tard, par les adversaires de Sloane, comme un « citoyen vigilant et responsable ». L’ambiguïté qui hante Miss Sloane n’en devient alors que plus pertinente.

Publicités

8 commentaires sur « Miss Sloane, reine de la guerre politique »

  1. Jessica Chastain est une formidable actrice au charme ravageur. J’adore cette actrice et ce film me tente bien. Il faut que je vois la bande annonce mais ça fait envie. Merci pour le partage Simon ! passe un très bon weekend 🙂 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s