Petit catalogue de (mon) cinéma

La sortie ce mercredi 25 janvier du film tant attendu, La La Land, m’a donné des envies de classement. Annoncé déjà par la critique comme un chef d’œuvre (ou presque) et sans doute l’un des meilleurs films de la décennie, le nouveau long de Damien Chazelle risque de rafler toutes les statuettes aux Oscars (14 nominations !). L’occasion pour moi de faire la liste des films qui ont fait battre mon coeur et construit ma cinéphilie de mon enfance à aujourd’hui. Ce soir, découvrez en six ! La suite arrive bientôt…

Le plus beau : Moulin Rouge ! de Baz Lurhmann

Christian (Ewan McGregor) et Satine (Nicole Kidman) s'apprêtent à vivre leur plus grande histoire d'amour dans le magnifique Moulin Rouge ! de Baz Luhrmann © UFD

Ce troisième film du réalisateur australien Baz Lurhmann est un feu d’artifice, hommage à l’amour et aux artistes. Jamais un film ne m’a autant émue. Longtemps, je n’ai pas assumé ce choix, que je pensais si commun et pourtant…

Seize ans plus tard, Moulin Rouge ! est toujours aussi vibrant et émouvant et surtout porté par des acteurs d’exception. Jim Broadbent en extravagant patron de cabaret Harold Zidler, John Leguizamo en Toulouse Lautrec, tout aussi fantasque… et bien sûr, Ewan McGregor et Nicole Kidman, incarnant le poète Christian et la courtisane, Satine, qui vont connaître leur plus belle histoire d’amour. Baz Lurhmann, qui s’était déjà illustré avec l’excellent Roméo + Juliette reprend les mêmes codes en proposant une histoire résolument moderne et pourtant située dans un Paris du début du siècle, coloré et scintillant.

Mais n’oublions pas que Moulin Rouge ! est avant tout une comédie musicale, chantée par ses acteurs. On y entend divers medley et interprétations originales des Beatles à David Bowie en passant par Police, dont Ewan McGregor fait d’ailleurs une reprise culte de Roxanne en version tango. Mon film préféré, indétronable. 

Le plus touchant : La famille Tenenbaum de Wes Anderson

Découvrir la famille Tenenbaum, c’est se plonger dans l’univers si atypique de Wes Anderson. 3e film du réalisateur (après Bottle Rocket et Rushmore), La famille Tenenbaum sorti en 2001, réunit un casting de choix de Angelica Huston à Ben Stiller en passant par Bill Murray ou les frères Wilson. Gene Hackman y incarne le père Royal Tenenbaum, détesté par les siens mais qui va retrouver la maison familiale, en prétextant être en fin de vie…

Tout l’univers si typique de Wes Anderson est déjà présent : stylisme et décors colorés, longs travellings latéraux, plans symétriques et découpages en chapitrages très littéraires, rappelant celui du futur Grand Budapest Hotel. Une bande-son planante (Nico, Elliott Smith…) et un humour aussi décalé que mélancolique, complètent le tableau. Le reste de la filmographie est aussi prodigieux, notamment le très poétique Moonrise Kingdom. A voir ou revoir !

Le plus drôle : Quatre mariages et un enterrement de Mike Newell

Sorti en 1994, Quatre mariages et un enterrement est sans aucun doute l’une des meilleures comédies romantiques. Hugh Grant, au sommet de sa popularité, rencontre la charismatique Andie McDowell. Le coup de foudre ? En tout cas, rien ne se passe comme prévu et il faudra quelques mariages et un enterrement pour régler cette histoire…

Avec un ton très anglais, le film de Mike Newell met en scène leurs déboires amoureux de célibataires de plus de 30 ans. Toujours très drôle, parfois très triste, le film vise juste, notamment grâce à sa direction d’acteurs, impeccable. C’est l’atout du film : une palette de personnages, formant un groupe d’amis soudés et touchants : la cynique Fiona, amoureuse malheureuse (Kristin Scott Thomas), la délurée et naïve Scarlett (Charlotte Coleman), sans oublier le délirant Gareth (Simon Callow) et son compagnon (John Hannah).

Le plus intense : Drive de Nicolas Winding Refn

En 2011, le chauffeur de Nicolas Winding Refn fait son apparition sur les grands écrans. La claque Drive est un sommet de cinéma, entre romance intense et polar noir dans les rues sombres de Los Angeles. Ryan Gosling incarne ce héros taiseux, tombant d’amour pour Irène (Carey Mulligan), dont le mari est en prison. Il y a peu de dialogue dans le film du danois Winding Refn, seuls les regards suffisent à dire les émotions. Un chef d’oeuvre, à lire plus longuement sur le blog.

Le plus british : Gosford Park de Robert Altman

Dans Gosford Park, sorti en 2001 (encore un !) et prenant place au début des années 30, une réunion familiale entre aristocrates tourne au désastre, lorsque Sir William McCordle est retrouvé assassiné… Une enquête commence alors en huis-clos et permet de s’immiscer dans ce monde bien réglé, entre maîtres et serviteurs, aussi snobs les uns que les autres. Bien avant le succès de Downton Abbey, le créateur Julian Followes explorait déjà sur les écrans les questions de classe sociale du début du XXe siècle britannique. Ici, il s’associe au réalisateur Robert Altman et livre un film d’exception. Pourtant, c’est bien le talent du réalisateur qui subjugue, dans ce film choral dont il avait le secret. Il dirige avec brio un casting impressionnant (Kristin Scott Thomas, Maggie Smith, Clive Owen…), dont les personnages se croisent et s’entrecroisent, dans une mise en scène virtuose, cynique et accompagnée d’un humour pince-sans rire so british. 

Le plus violent : Whiplash de Damien Chazelle. 

Avant le succès de La la land, le réalisateur Damien Chazelle s’était illustré en 2014 dans un film d’une virtuosité folle : Whiplash. Ce long-métrage mettait en scène la relation entre un jeune batteur incarné par Miles Teller, bluffant, et son sadique professeur de musique (J.K. Simmons). A la manière d’un thriller violent aux frontières du film d’horreur, le spectateur suivait le parcours du garçon, bien décidé à poursuivre son ascension, quitte à supporter les humiliations de son mentor. Damien Chazelle prenait le risque immense de proposer un solo de batterie de plus de quinze minutes, intense et phénoménal. Sans aucun doute, un des réalisateurs à suivre.

Et vous, quels sont vos films coups de coeur ?

Publicités

16 commentaires sur « Petit catalogue de (mon) cinéma »

  1. … et j’adore la version de Roxanne qu’on passe dans ce film (ainsi la chorégraphie). Comme toi il y a (tant d’années après) encore des scènes qui (me) touchent … By the way, je doute que LaLaLa land sera l’un des meilleurs films de la décennie (trop de tapage médiatique et trop de b-mol entre les lignes chez certains critiques) mais je serai ravi de me voir contredit !
    Bonne idée de cette liste…

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis très pressée d’aller voir La La Land, mais j’évite soigneusement de lire les critiques de peur d’être déçue à l’arrivée !

    Je ne peux que te rejoindre sur Gosford Park, qui dès le premier visionnage (il y en a eu bien d’autres) est entré au Panthéon de mes films préférés ! Je suis un peu moins enthousiaste en ce qui concerne Moulin Rouge : je lui préfère Strictly Ballroom, le premier film de la Red Curtain Trilogy, bien qu’il me reste encore Romeo + Juliet à voir :).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s