La Jeune Fille sans mains de Sébastien Laudenbach

Présenté à l’Acid à Cannes en 2016, La Jeune Fille sans mains est l’adaptation d’un conte éponyme et méconnu des frères Grimm. Traçant les périples d’une adolescente vers l’émancipation, l’œuvre de Stéphane Laudenbach témoigne de la vivacité du cinéma d’animation à illustrer la danse de la vie sans fausse pudeur. Un ravissement pour les yeux à découvrir en salles, le 14 décembre 2016.

Les films d’animation français ont décidément le vent en poupe. Après le succès surprise et mérité de La Tortue Rouge, après avoir ému avec Ma vie de Courgette, le genre conclue l’année avec le très attendu Louise en hiver et le plus confidentiel La Jeune Fille sans mains. Librement adapté du conte mélancolique des frères Grimm et inspiré par une adaptation d’Olivier Py (La Jeune Fille, le diable et le moulin), ce dernier projet est né sous les traits de Stéphane Laudenbach. Faute de financement, le Français a assuré seul la réalisation, les dessins et la direction artistique de son œuvre. Un travail de longue haleine – plus de neuf mois – où le film a été peint sur papier, du premier au dernier plan.

Dans "la Jeune Fille sans mains" de Sébastien Laudenbach, l'innocente adolescente devient la convoitise du démon. © Shellac
Dans « la Jeune Fille sans mains » de Sébastien Laudenbach, l’innocente adolescente (Anaïs Demoustier) devient la convoitise du démon. © Shellac

Raconter la violence humaine avec grâce

La Jeune Fille sans mains plonge le spectateur dans un monde et une époque inconnus. À la lisière d’une forêt, un vieux meunier vit avec sa femme et sa fille. Pauvre et désespéré, l’homme accepte un jour de conclure un marché avec le diable. Ce dernier lui promet une richesse infinie à une seule condition : le père de famille doit lui céder ce « qui se trouve derrière sa maison ». Le vieil homme ignore alors que l’objet convoité n’est autre que sa fille. Mais la jeune adolescente est bien trop pure pour le démon. Ce dernier exige alors que le meunier tranche les mains de son enfant… Rien n’y fait, la jouvencelle reste inaccessible. Le diable disparaît en jurant qu’il trouvera un moyen de la posséder tôt ou tard. Fuyant son destin et sa famille, la malheureuse va rencontrer, lors d’un parcours semé d’embuches, la déesse de l’eau, un jardinier attentionné et un prince.

Sébastien Laudenbach prend quelques libertés avec le matériau original et préfère se concentrer sur une petite poignée de personnages. Loin d’être une version expurgée du conte des frères Grimm, La Jeune Fille sans mains ne cède pas à la facilité d’une lecture psychanalytique. Son adaptation évoque avec finesse la célébration du corps, la difficulté de l’émancipation, le passage de l’enfance à l’âge adulte mais aussi la lâcheté des hommes et la noirceur de la nature humaine. Malgré ses thèmes parfois durs, l’œuvre saura trouver un écho auprès des plus jeunes. Le cinéaste aère la charge allégorique, remplie de violence et de désespoir, par une animation gracieuse. Et si La Jeune Fille sans mains devait sa splendeur aux délicates conditions de sa naissance ?

Abandonnée par son aimée, le prince (doublé par Jérémy Elkaim) s'élance dans une quête de réponses et de rédemption.© Shellac
Abandonnée par son aimée, le prince (doublé par Jérémy Elkaim) s’élance dans une quête de réponses et de rédemption.© Shellac

Une esthétique immersive

À rebours de ce qui se fait actuellement dans le genre, La Jeune Fille sans mains surprend par ses choix esthétiques. Le dessin de Laudenbach célèbre une esquisse à mi-chemin entre Matisse et la calligraphie chinoise. Parsemée d’espaces vides, l’image n’est jamais finie et laisse une place pour l’imagination du spectateur. Organique, l’animation trouve toute sa cohérence dans les mouvements. Les personnages glissent alors dans une magnifique profondeur de champs qu’offre la nature métaphorique du conte. Les plus beaux tableaux sont aussi les plus ordinaires : les personnages qui respirent, le vent qui souffle dans les arbres… Lorsque la violence et la crudité investissent l’écran, les contours des silhouettes se désolidarisent des aquarelles censées les remplir. Visuellement merveilleux, La Jeune Fille sans mains convie également d’autres sens. En témoigne la grande richesse de la bande sonore, sublimée par la musique originale d’Olivier Mellano et les voix d’Anaïs Demoustier (la jeune fille) et de Jérémy Elkaim (le prince) dans les rôles principaux.

Si le dessin donne une impression hésitante, les personnages existent bel et bien. Incarnant davantage des figures en quête d’elles-mêmes que de simples caractères, ils illustrent une incompréhension entre les sexes. Prisonnière de la violence et du désir qu’elle suscite, l’héroïne devient pour ses homologues masculins un espoir vers la rédemption. Cet écart prend toute son ampleur dans les exils successifs de la jeune fille. Le premier lorsqu’elle fuit son père ; le second lorsqu’une fois mariée à son prince, elle croit ce dernier devenu fou. À ces séquences de périples, Sébastien Laudenbach y juxtapose des moments d’attente et d’immobilité gracieux. Puissant, La Jeune Fille sans mains jette un regard solaire et optimiste sur une histoire cruelle. Privée de ses mains, l’héroïne trouvera son chemin vers la lumière, grâce un amour réparateur et (re)conquérant. Une fable intemporelle, qui démontre que le cinéma d’animation est peut-être le seul genre cinématographique à pouvoir raconter le monde de manière aussi pure.

Publicités

7 commentaires sur « La Jeune Fille sans mains de Sébastien Laudenbach »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s