La rentrée des séries – spécial horreur

Deux mois après la rentrée des séries, un point s’impose sur les quelques nouveautés d’horreur lancées sur le petit écran. Au programme, 5 séries qui risquent de vous faire frissonner  : American Horror Story : Roanoke, L’Exorciste, Channel Zero, Van Helsing et Au-delà des murs. A vous de choisir !

Tous les ans arrivent de nouvelles séries d’horreur, essayant tant bien que mal de se faire une place auprès de l’indétrônable The Walking Dead. Plusieurs approches : certaines misent sur le croisement entre comédie et horreur (Ash vs. Evil Dead, Scream Queens…), tandis que d’autres, manquant cruellement d’inspiration, usent et abusent du concept du slasher pour adolescents (Scream, Dead of Summer, Slasher…). Depuis quelques mois, les scénaristes explorent également la thématique de l’exorcisme avec deux créations démoniaques : l’excellente Outcast et la très décevante Preacher (mais qui a néanmoins su trouver un large public). Jeremy Slater surfe sur cette vague avec L’Exorciste, adaptation du film culte de 1973.

L’Exorciste : la bonne surprise

La nouvelle série de la Fox saura convaincre les amateurs d’horreur. Après 5 épisodes (sur 10), L’Exorciste confirme ses qualités, entre une écriture soignée et des personnages très bien interprétés. En tête, Alfonso Herrera (Sense 8) et Ben Daniels (Flesh and Bone), interprètent les héros de la série : Père Tomas Ortega et Père Marcus Lang. A Chicago, les deux prêtres vont collaborer pour aider Angela Rance (Geena Davis) et sa famille, sans doute victime de forces maléfiques. La série prend son temps et ne multiplie guère les scènes horrifiques, préférant développer le contexte et la psychologie de ces personnages. Alors que la série se détachait du film culte de William Friedkin, le twist de l’épisode 5  inverse la balance, au risque de perdre son identité.

Heureusement, en marge de l’histoire de la famille Rance se dessine une histoire plus vaste, qui n’est pas sans rappeler le pitch d’Outcast, dans laquelle une large part de la population était peu à peu possédée par des entités démoniaques. Dans L’Exorciste, de nombreux crimes, que l’on devine satanistes, se déroulent dans la ville, décimant des familles entières. Le Mal rôde, sans que personne ne s’en aperçoive, à l’exception de Marcus, un peu dépassé par tous ces événements… Espérons que le dénouement de ces deux histoires soient à la hauteur de nos attentes.

L’Exorciste, sur la Fox depuis le 23 septembre 2016.

Le Père Tomas Ortega (Alfonso Herrera) vient aider Angela Rance (Geena Davis) pour faire face à des forces maléfiques... dans L'Exorciste © FOX
Le Père Tomas Ortega (Alfonso Herrera) vient aider Angela Rance (Geena Davis) pour faire face à des forces maléfiques… A voir dans L’Exorciste. © FOX

Van Helsing : au secours ! 

Dans la lignée des séries adaptées d’oeuvres cultes, Van Helsing a fait son apparition sur la chaîne SyFy. Personnage de fiction créé par Bram Stoker dans le roman Dracula, le célèbre chasseur de vampire a multiplié les apparitions à la télé (dans Penny Dreadful, par exemple) et au cinéma (interprété, entre autres, par Hugh Jackman, dans Van Helsing). Dans cette version de 2016, le créateur Neil LaBute a déplacé l’histoire dans un  monde post-apocalyptique assiégé par les vampires. L’héroïne (chargée de sauver l’humanité, bien sûr) n’est autre que Vanessa Helsing, fille d’Abraham Van Helsing, ressuscitée pour l’occasion… Si le scénario est ridicule, ce n’est rien comparé aux effets visuels, au maquillage des « méchants vampires », aux scènes de combat et aux personnages bourrés de stéréotypes. Passez votre chemin.

Van Helsing, sur SyFy depuis le 23 septembre 2016.

van-helsing-syfy
Dans le pilote de Van Helsing, Vanessa Helsing (Kelly Overton), encore dans le coma, se retrouve dans les griffes du vampire Flesh (Vincent Gale) © SyFy

Channel Zero : Candle Cove : la série à confirmer

Syfy, spécialisée dans le fantastique et la science-fiction, se distingue par ses créations à petits budgets, souvent aux limites du ringard. En panne d’inspiration, la chaîne américaine a lancé depuis le 11 octobre 2016, une série d’anthologie (à savoir que chaque saison change d’histoire et de personnages), à la manière d’American Horror Story. Channel Zero : Candle Cove, n’est pas sans rappeler le scénario du succès de l’été Stranger Things (des disparitions, des enfants et une nostalgie pour les années 80). Le parallèle s’arrête là, puisque le héros, Mike Painter (Paul Schneider, déjà vu dans Parks and Recreation) est un pédopsychiatre, bien décidé à percer le mystère du meurtre de son frère jumeau, alors qu’ils n’avaient qu’une dizaine d’années. De retour dans sa ville natale, Mike ne met pas longtemps à faire le rapprochement entre un étrange programme télé pour enfants « Candle Cove » et les événements tragiques de l’époque.

Aux origines, l’histoire de Candle Cove est une creepypasta, une de ces fictions fantastiques et effrayantes qui circulent en ligne (en d’autres termes, ce sont des légendes urbaines, devenues virales sur Internet), imaginée par le dessinateur Kris Straub. Tiré par les cheveux, le scénario de la série s’inspire de cette oeuvre, totalement fictionnelle, pour créer un conte cauchemardesque, peuplé de monstres. Si le pilote pose les bases, il est encore trop tôt pour dire si Channel Zero tiendra le spectateur en haleine sur six épisodes. Pour le moment, la série se distingue par son esthétique et ses créatures, notamment celle tout en dents, à mi-chemin entre l’univers fantastique de Tim Burton et celui de Guillermo del Toro.

Channel Zero : Candle Cove, sur SyFy depuis le 11 octobre 2016.

channel-zero-paul-schneider
Dans Channel Zero : Candle Cove, Mike Painter (Paul Schneider) revient dans sa ville natale, pour affronter les monstres de son enfance. © Allen Fraser/Syfy

American Horror Story : Roanoke : le coup de coeur

Puisqu’il est question des séries d’anthologies, difficile de ne pas évoquer la nouvelle saison très soignée d’American Horror Story : Mon cauchemar à Roanoke. Créée en 2011 par le duo Brad Falchuk et Ryan Murphy (Nip/Tuck, Glee, Scream Queens…), elle s’était distinguée par ses deux premières saisons Murder House et Asylum, avant de tourner en rond les années suivantes. Roanoke, marquant le retour gagnant de la série qui avait réussi à nous faire frissonner à ses débuts, suit les péripéties d’un couple,  Shelby et Matt Miller, fraichement installé dans une ancienne ferme isolée de Caroline du Nord, et évidemment hantée.

L’originalité de la saison tient dans sa forme : l’histoire est racontée à la manière d’un documentaire. Pour appuyer cette impression de réalisme, les scènes de fiction reconstituées avec des acteurs (Sarah Paulson et Cuba Gooding Jr.) sont alternées avec des témoignages face caméra des « vrais » protagonistes (Lily Rabe et Andre Holland). Le résultat est assez addictif, surtout lorsque les coulisses de l’émission nous sont dévoilées, ce qui n’est pas sans rappeler la série UnReal, sur les dessous de la télé-réalité… Comme à leur habitude, les créateurs ont imaginé une palette de personnages, tous plus différents les uns des autres, avec une passion toujours bien visible pour les freaks. Pour les interpréter, leurs acteurs fétiches ont une fois de plus répondu présents à l’appel : Kathy Bates, Cheyenne Jackson et Evan Peters viennent compléter ce casting de choix. A ne pas louper.

American Horror Story, sur FX depuis le 14 septembre 2016. (A noter que la saison 5 Hotel est diffusée à partir de demain, lundi 24 octobre sur Ciné + Frisson)

Au delà des murs
Dans Au-delà des murs, Lisa est coincée dans une maison mouvante. Heureusement, elle croise la route de Julien (François Deblock), ensemble, ils vont tenter de s’échapper. © Lincoln TV

Au-delà des murs, la plus émouvante

Et les séries francophones ? Avec quatre séries américaines présentées, la question a le mérite d’être posée. Diffusée le 22 septembre dernier sur Arte, la série franco-belge réussit avec brio sa plongée dans l’univers fantastique. Au-delà des murs suit Lisa (Veerle Baetens), une jeune orthophoniste, qui hérite d’une mystérieuse maison. En l’explorant, elle se retrouve coincée à l’intérieur des multiples pièces et couloirs qui la composent. A la recherche de la sortie, elle va rencontrer d’autres occupants, dont Julien (François Deblock), avec lequel, ils vont essayé de s’échapper. Sur trois épisodes, les créateurs Hervé Hadmar et Marx Herpoux arrivent à créer une ambiance maîtrisée anxiogène et fascinante, grâce aux somptueux décors et à l’excellente bande-son. A de nombreux égards, ce huis-clos labyrinthique prend des airs de jeux vidéos, les personnages évoluant de pièces en pièces à la recherche d’une porte de sortie. Au final, Au-delà des murs est une très jolie mini-série oscillant entre conte poétique et aventure fantastique.

Au-delà des murs, sur Arte le 30 octobre 2016, ou sur arte.tv.

Publicités

5 commentaires sur « La rentrée des séries – spécial horreur »

  1. on ne manque pas de raisons d’avoir peur en cette fin d’année ! à découvrir 🙂 je suis un grand fan de l’exorciste mais je préfère ce qui est suggéré, plutôt ambiance que découpage en règle à la saw 🙂 Bonne soirée Camille !

    Aimé par 1 personne

  2. Ah, je n’ai pas commencé « L’Exorciste », mais c’est sur ma liste (oui, j’ai une liste super longue).
    Candle Cove est une bonne surprise en ce qui me concerne. Pourtant, ça partait mal étant donné que l’acteur principal a tendance à m’exaspérer, en général. Là, je trouve que c’est presque un choix parfait. J’adore l’ambiance, pesante et bien glauque, avec des monstres qu’on dirait débarqués d’un livre de Stephen King. J’attends de voir si cela peut tenir sur la distance et surtout, où cela nous emmène, sans tomber dans des digressions à la Outcast qui me donnaient l’impression de plus savoir où en était l’histoire, pourquoicommentquiquequoidontoù.
    Concernant « My Roanoke Nightmare », j’ai l’impression que c’est Noël en avance. Je retrouve enfin tout ce qui faisait le sel des deux premières saisons (celles qui sont réellement effrayantes et pas seulement remplies de gore gratuit)(Freakshow et Hotel, suivez mon doigt), avec une esthétisme aussi soignée qu’en saison 3… Combo gagnant (surtout qu’on voit pas beaucoup Lady Gaga, merci mon Dieu).

    Aimé par 1 personne

  3. Pour l’instant je ne sais pas trop quoi penser de American Horror Story : Roanoke ! Il y a des fois où je me dis que le concept trouve vite ses limites mais le dernier épisode m’a tout de même bien fait flipper, comme les choses délirantes mises en place, avaient enfin du sens. Il faut que j’attende de tout voir pour confirmer mon avis !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s