La revue culturelle #1

Un grutier de Montreuil se fait passer pour un maître-nageur israélien à Reykjavik et une mère de famille américaine communique avec son enfant disparu grâce à des lumières de Noël dans l’Indiana… Deux histoires atypiques, haletantes et passionnantes, découvertes le mois dernier et qui méritent leur place dans ce premier bilan culturel de juillet. 

La série. 

Nouveauté Netflix depuis le 15 juillet dernier, Strangers Things est à coup sûr la série immanquable de l’été. Les créateurs, les frères Duffer, scénaristes de Wayward Pines, entraînent le spectateur dans la petite bourgade d’Hawkins, Indiana, en 1983. Le mystère arrive dès le premier épisode : Mike (Finn Wolfhard), une dizaine d’années, disparaît chez lui, après avoir passé la soirée avec ses copains. Fans de Star Wars et Donjons et Dragons, les trois enfants vont vite se mettre à sa recherche, bientôt rejoints par une fille aux pouvoirs surnaturels (Millie Brown). Strangers Things assume son côté rétro en multipliant les références aux classiques des années 70-80, E.T., Rencontre du troisième type, Alien… Les frères Duffer puisent également leur inspiration du côté de Stephen King, de John Carpenter, de Guillermo Del Toro et même de Jonathan Glazer dont une des scènes de son Under The Skin est reproduite à l’identique… La liste est longue mais permet surtout aux spectateurs plusieurs niveaux de lectures, cinéphiles ou non.

Une réussite à ce niveau et également du point de vue de l’interprétation des acteurs, tous impeccables, à commencer par Winona Ryder, icône des années 90, qui signe son grand retour. Elle y incarne la mère du disparu ; entre folie et persévérance, elle transforme sa maison en chalet lumineux, accrochant à tous les murs des guirlandes clignotantes multicolores pour communiquer  avec son fils. Elle sera aidé dans sa quête par le sheriff (David Harbour), un des personnages les plus réussis de Strangers Things, et bien sûr par les quatre enfants, pour lesquels on s’attache et on tremble.

Agathe (Florence Loiret-Caille) et Samir (Samir Guesmi) dans L'Effet aquatique de Solveig Anspach © Le Pacte
Agathe (Florence Loiret-Caille) et Samir (Samir Guesmi) dans L’Effet aquatique de Solveig Anspach © Le Pacte

Le film.

L’effet aquatique est sorti le 29 juin dernier. Comédie atypique, le film posthume de Solveig Anspach conte le coup de foudre de Samir, grutier à Montreuil (génial Samir Guesmi) pour Agathe (Florence Loiret-Caille), maître-nageuse à la piscine Maurice Thorez. Ce grand maladroit sait nager mais il s’inscrit à des leçons de natation… pour être au plus prêt de sa belle, au caractère bien trempé. La quête de Samir le mènera des eaux de la piscine municipale aux paysages exotiques de l’Islande. C’est dans la première partie du film, presque exclusivement tournée dans la piscine, que L’effet aquatique est le plus drôle, grâce notamment à des seconds rôles hauts en couleurs : une maître-nageuse vicieuse (Olivia Côte) et un duo d’employés loufoques (Philippe Rebbot et Esteban). Entre les ventes d’abonnements et les cabines qui s’ouvrent mal, le film multiplie les scènes de vie quotidienne. C’est vrai, cocasse et très souvent hilarant. La comédie se perd un peu dans la seconde partie en Islande. A part la surréaliste arrivée de Samir au Congrès International des Maîtres-Nageurs, les scènes suivantes sont plus attendues, Sólveig Anspach faisant le choix d’une  attachante romance nordique. Récompensé par la Quinzaine des Réalisateurs, à Cannes, le film vaut vraiment le détour. Courez-y et laissez-vous prendre par L’effet aquatique, encore projeté dans plus de 200 salles.

Et vous, quels sont vos coups de coeur du mois de juillet ?

Publicités

15 commentaires sur « La revue culturelle #1 »

  1. J’ai adoré Strangers Things ! J’ai trouvé tous les acteurs excellents, en particulier « Elfe », Joyce et le shériff qui crèvent littéralement l’écran ! Une belle pépite et qui ne dure pas trop en longueur !

    Aimé par 2 people

  2. Stranger Things est clairement une grande réussite. On y retrouve tout le charme des films de Carpenter ou Spielberg, avec une pointe de Stephen King. C’est peut-être la nostalgie qui parle, mais c’est une des meilleures séries que j’ai pu voir cette année.

    Aimé par 2 people

  3. Comment je l’avais dit, Strangers Things est une super série.
    Par contre, petite erreur il me semble dans l’article, c’est plus fan du « Hobbit/Seigneur des anneaux » que de Star Wars. Enfin évidemment les sorts de Yoda sont évoqués, mais le personnage de Gandalf est visible, ainsi qu’une route prise à l’univers de Tolkien et quelques références !
    Sinon bon article, comme d’hab 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Yes bien sûr, les gamins sont fans de Tolkien mais Mike a notamment chez lui le Faucon Millenium du film Un Nouvel Espoir. Dustin veut absolument qu’Eleven le fasse léviter, la scène est très drôle ! Merci pour ton message !

      Aimé par 1 personne

  4. Comme beaucoup de personnes, j’ai aimé Stranger Things, mais je mettrai un bémol. Certes c’est parfaitement bien joué, bien écrit et plutôt bien réalisé, mais derrière la générosité référentielle, il y a un souci. Ne nous voilons pas la face, Stranger Things ne crée absolument rien. Alors certes, pour toutes celles et ceux qui ont grandi avec cette culture-là, ça touche une fibre profonde (perso, je suis né en 1984, j’ai été bercé par cette culture-là, donc évidemment j’ai aimé), mais au-delà de la série générationnelle, cela n’a pas un immense intérêt. Tous les codes sont là, mais jamais questionnés ou digérés pour proposer une lecture originale. Bon, rien de dramatique, mais je ne crie pas au chef d’oeuvre.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s