Le bilan des films – 1e semestre 2016

Le premier semestre de 2016 touche déjà à sa fin et il est temps de faire le point sur nos coups de cœur cinématographiques de cette saison. De la SF vintage, une guerrière amoureuse, une enquête journalistique ou encore un groupe de punk rock pris en chasse… découvrez sans plus attendre notre top !

Le top de Camille

Sarah (Kirsten Dunst) et son fils Alton (Jaeden Lieberher) dans Midnight Special de Jeff Nichols © 2016 Warner Bros Entertainment Inc. and Ratpac-Dune Entertainment LLC
Sarah (Kirsten Dunst) et son fils Alton (Jaeden Lieberher) dans Midnight Special de Jeff Nichols © 2016 Warner Bros Entertainment Inc. and Ratpac-Dune Entertainment LLC

1 –Midnight Special de Jeff Nichols

Parcours sans faute pour Jeff Nichols, qui signe son quatrième film. Après Shotgun Stories, Take Shelter et Mud, Midnight Special est un petit bijou de cinéma, porté par son acteur fétiche, l’excellent Michael Shannon. Alton (Jaeden Lieberher) est un petit garçon doté de pouvoirs, perçu par certains comme un représentant divin et par d’autres comme une menace d’état. Midnight Special retrace la fuite de cet enfant, traqué par les membres d’une secte et par des agents fédéraux. Entouré de ses parents Roy et Sarah (Shannon et Kirsten Dunst) et d’un de leurs amis Lucas (Joel Edgerton), Alton va pouvoir accomplir son destin…

Le film de Jeff Nichols s’impose comme une formidable œuvre d’apprentissage : il s’agira pour la père d’accepter la différence de son fils et de lui faire trouver « sa voie » aussi étonnante qu’elle soit. Le réalisateur explore les rapports père-fils et s’interroge sur l’amour paternel. Les plans sont grandioses et subliment cette histoire, intense, profonde et émouvante. Entre thriller, road-movie et science-fiction, Midnight Special est la plus belle réussite de cette année. On attend avec impatience son prochain long-métrage Loving, présenté à Cannes (le film était nommé dans trois catégories), l’histoire d’amour d’un couple mixte confronté à la ségrégation raciale des années 1950.

2 – Spotlight de Tom McCarthy

Inspiré de faits réels, le film de Tom McCarthy retrace l’enquête journalistique du Boston Globe, qui révéla le scandale des pédophiles du Vatican. Le réalisateur filme avec beaucoup de pudeur et de justesse ces journalistes, héros modernes mais pas glorifiés. Spotlight est une impeccable immersion dans le monde de l’investigation journalistique. La critique de Spotlight est sur Camille se fait des films !

3 –Café Society de Woody Allen

Le nouveau film de Woody Allen nous transporte dans les Amériques des années 30 ! De New-York, sa ville de coeur, à Los Angeles, Café Society suit les déboires amoureux de Bobby (Jesse Eisenberg), métamorphosé pour le rôle en un jeune Woody Allen. Il croisera sur son chemin la jolie Vonnie (Kirsten Stewart) et formeront à l’écran un des plus beaux couples de cinéma. Ce Café Society est drôle, cynique et ironique, magnifié par de superbes éclairages et de très bons interprètes. Retrouvez la critique de Café Society sur Camille se fait des films !

Le top de Simon

Dans le sublime "The Assassin" de Hou Hsiao Hsien, Nie Yinniang (Shu Qi), va devoir faire un choix entre le devoir et l'amour, au péril de sa vie. © Copyright Delphi Filmverleih
Dans le sublime « The Assassin » de Hou Hsiao Hsien, Nie Yinniang (Shu Qi), va devoir faire un choix entre le devoir et l’amour, au péril de sa vie. © Delphi Filmverleih

1 – The Assassin de Hou Hsiao-Hsien

Prix de la mise en scène à Cannes 2015, The Assassin s’inspire d’un chuanqi, courte nouvelle en prose répandue à l’époque de la Dynastie Tang. Dans la Chine du IXème siècle, Nie Yinniang revient dans sa famille après de longues années d’exil. Formée en arts martiaux, la jeune femme a pour mission d’éliminer son cousin Tian Ji’an devenu gouverneur de la province de Weibo. Éprise de ce dernier, la jeune femme va alors se retrouver face à un dilemme : rompre avec « l’ordre des Assassins » au péril de sa vie ou tuer l’homme qu’elle aime.

The Assassin ne démérite pas sa récompense cannoise, loin de là. Pour conter cette fresque historique, le réalisateur Hou Hsiao-Hsien retrouve pour la troisième fois l’actrice Shu Qi, magnétique et envoûtante. À l’image de cette dernière, le film  éblouit autant par ses images que par sa bande originale. Tout en finesse et en silence (les dialogues se réduisent à quelques mots tout au plus), le cinéaste délaisse vite le sabre au profit d’une calligraphie poétique de gestes et de moments tantôt intimes, tantôt métaphysiques.

Précis, le long-métrage parvient même à rendre une intrigue amoureuse tragique, sophistiquée et fascinante. Le scénario semble être taillé au couteau tant il est parfois complexe de se retrouver dans la fugacité des moments clés et des apparitions des personnages clés. Mais The Assassin fait partie de ces films qui méritent un deuxième visionnage pour qu’on l’apprécie à sa juste valeur. Le choc de ce début d’année.

2 – Midnight Special de Jeff Nichols

Quatre ans après l’excellent Mud, le réalisateur américain s’aventure sur les terres de la science-fiction et offre un film très personnel et mélancolique, porté par un formidable casting (Michael Shannon, Kirsten Dunst et Joel Edgerton, bouleversants). Privilégiant les effets volontairement artisanaux, Midnight Special est un hommage grandiose à la SF des années 70-80 et une ode à la tolérance et l’inconnu.

Dans "Green Room" de Jérémy Saulnier, Pat (Anton-Yelchin) et Sam (Alia Shawkat) acceptent de donner un concert au fin fond de l'Oregon pour finalement se retrouver à la merci d'un gang de skinheads très violents. ©Copyright Universum
Dans « Green Room » de Jérémy Saulnier, Pat (Anton-Yelchin) et Sam (Alia Shawkat) acceptent de donner un concert au fin fond de l’Oregon pour finalement se retrouver à la merci d’un gang de skinheads très violents. ©Copyright Universum

3èmes ex-aequo – Green Room de Jeremy Saulnier / Mr Gaga, sur les pas d’Ohad Naharin de Tomer Heymann

Jérémy Saulnier est définitivement un cinéaste à suivre. Après avoir exploré le thème de la vengeance avec son original Blue Ruin en 2013, le réalisateur filme ici l’affrontement entre un groupe de jeunes punks (mené par le défunt Anton Yelchin) et un gang de skinheads néo-nazis, au fin fond de l’Oregon. Entre le film de siège et le survival, Green Room est un petit bijou de suspense et d’humour noir.

Dans un tout autre registre, le documentaire de Tomer Heymann signe le portrait du chorégraphe israélien et directeur de la Batsheva Dance Company de Tel Aviv, le magnétique Ohad Naharin. Filmé sur plus de sept ans, le projet alterne les témoignages intimes, les images d’archives et les coulisses des répétitions. Plus qu’un documentaire sur la danse contemporaine, Mr Gaga, sur les pas d’Ohad Naharin est un film sur la passion, l’amour, le dépassement de soi et le deuil. Passionnant.

Et vous, quels ont été vos coups de cœur de ce début d’année ?

Publicités

18 commentaires sur « Le bilan des films – 1e semestre 2016 »

  1. The Assassin ça fait quelques temps que je dois le regarder, on m’en a dit beaucoup de bien et je me lancerai surement !
    Pour Midnight Spécial, je regarderai ça d’un oeil attentif !
    Par ailleurs, y’a une série qui fait carton dernièrement, c’est « Strangers Things », faut absolument que je regarde. Je ne sais pas si tu connais ?

    Aimé par 1 personne

      1. Perso je l’ai faîtes en une journée hier !
        Vu que je suis un grand fan des Goonies, j’ai trouvé que cette série en faisait une version revisitée moderne et ça rend vachement bien 🙂
        Je lirai votre chronique avec attention et plaisir donc 🙂

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s