The Nice Guys : détectives paumés

Scénariste de L’Arme Fatale 1 et 2 et réalisateur de Kiss Kiss Bang Bang, Shane Black revient avec une comédie policière au scénario gentiment cinglé. Au programme de The Nice Guys, ambiance 70, actrices porno, meurtres et complot politico-écologique, avec en tête d’affiche un duo détonnant Ryan Gosling et Russell Crowe. 

La nuit, un jeune adolescent se faufile dans la chambre de ses parents pour y piquer un magazine érotique. Arrivé dans le salon pour admirer les photos dénudées, une voiture traverse sa maison avec à son bord… la star du porno Misty Mountains ! Evidemment tout aussi nue que sur la photo. Une scène d’ouverture qui donne le ton de cette comédie. Shane Black s’en donne à cœur joie : The Nice Guys alterne tout du long blagues sarcastiques et humour ironique. Sans doute la réussite du film.

ryan-gosling-angourie-rice-nice-guys
Holland March (Ryan Gosling) et sa fille Hollie (Angourie Rice) dans The Nice Guys de Shane Black © EuropaCorp Distribution

Sur sa lancée, le réalisateur fait les présentations : un détective privé (Ryan Gosling, à contre-emploi, très drôle) rencontre un gros bras payé pour taper (Russel Crowe, très… massif). Le premier est payé pour retrouver une certaine Amelia (Margaret Qualley, fille d’Andie MacDowell, déjà vue dans The Leftlovers), jusqu’à ce que le second le menace et lui conseille d’abandonner… Et puis finalement, de rechanger d’avis et de poursuivre les recherches avec lui. Et les voilà, tous les deux, le plus mauvais privé du monde (selon sa fille) et l’homme de main, en quête de cette Miss Kutner dont ils ne savent rien. Bien sûr, comme tout bon polar, le brouillard s’épaissit autour des deux héros, embarqués dans ce buddy movie plutôt divertissant. Et qui va les sortir de ce flou ? La fille du privé Holland March, Holly (Angourie Rice) !

the-nice-guys-matt-bomer
John Boy (Matt Bomer) dans The Nice Guys © EuropaCorp Distribution

Avec ce scénario volontairement emmêlé, Shane Black parvient à captiver le spectateur pendant presque la totalité du film. Un peu long (presque 2 heures), The Nice Guys apporte pourtant des gags clownesques et des dialogues bien écrits. Des points positifs évidemment, mais la réelle intrigue aurait mérité d’être un peu plus travaillée. Le scénario est un peu léger : la recherche d’Amelia les met rapidement sur une autre enquête, celle du suicide de Misty Mountains, et puis finalement sur une conspiration à grande échelle, entre militantisme écolo et industrie automobile. La fin, décevante, ne serait-ce qu’une façon de lancer la franchise ? Le duo à la cool, Russel Crowe et Ryan Gosling, pourrait-il se reformer au cinéma ? C’est en tout cas ce que Shane Black semble espérer…

Publicités

10 commentaires sur « The Nice Guys : détectives paumés »

  1. Je l’ai vu il y a peu et globalement je partage ton avis. J’ai trouvé que c’était un peu long à démarrer et totalement incongru parfois. Ça m’a fait penser à ces films d’action des années 90, type L’arme fatale (justement) ou Rush Hour, avec un scénario qui perd de son attrait au détriment de l’humour et des personnages. Parce qu’il faut quand même avouer qu’ils ne sont pas bien futés dans ce film…

    Aimé par 1 personne

    1. En effet, c’est incongru et il y a une large place à l’humour mais contrairement à L’arme fatale par exemple, je pense que Shane Black a voulu réaliser une comédie un peu parodique. Ils ne sont pas futés du tout et c’est pour ça qu’on rit !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s