99 Homes – Tout le monde dehors !

Le 18 mars sort en France le Grand Prix du Festival du Cinéma Américain de Deauville, 99 Homes. Non pas dans les salles obscures mais en e-cinema, ou en d’autres termes en VOD (vidéo à la demande). Ramin Bahrani y dresse un constat cynique et réaliste sur la crise financière de 2008 et la crise morale qui en découle. Un drame très actuel porté par Andrew Garfield, Michael Shannon et Laura Dern. 

99 Homes fait écho à The Big Short, sous titré en France « Le casse du siècle », dans lequel quatre outsiders de la finance anticipent l’explosion de la bulle financière. Un pari réussi qui leur permet de s’en mettre plein les poches. Et seul Ben Rickert (Brad Pitt) évoque alors : « Des gens vont perdre leur maison. Des gens vont perdre leur travail. Des gens vont perdre leurs économies pour la retraite, leurs pensions. »

99 Homes de Ramin Bahrani avec Laura Dern et Andrew Garfield © Wild Bunch Distribution
Dennis Nash (Andrew Garfield) et sa mère (Laura Dern) expulsés de leur maison © Wild Bunch Distribution

Là est le sujet du film de Ramin Bahrani : la crise sociale qui découle de cette crise des subprimes. Le réalisateur filme sans tabou les populations victimes d’expulsion, des Américains à qui les banques avaient délivrés des prêts à taux variable, et leurs « bourreaux » cyniques et immoraux, à travers deux personnages : Dennis (Andrew Garfield) et Rick (Michael Shannon). Le second expulse le premier de sa maison. Aucun recours législatif n’est possible mais une proposition change la donne : Rick propose à Dennis de travailler pour lui et d’expulser à son tour des familles de chez elles. Alors pour sa mère et son fils, il se lance dans la saisie de biens immobiliers.

Honteux de ne pas exercer un travail honnête, Dennis cache la provenance de l’argent qu’il ramène à la maison. Dans une société corrompue, sans emploi ni avenir, il préfère pactiser avec l’ennemi, quitte à devenir un de ses pions. 99 Homes ne rentre jamais dans le quotidien de ses familles expulsées, ni dans celui des riches banquiers de Wall Street. Ramin Bahrani se concentre sur le cynisme de la société et l’audace des profiteurs qui légitiment leurs actes par la loi du plus fort.

Dennis Nash (Andrew Garfield) dans 99 Homes de Ramin Bahrani © Wild Bunch Distribution
Dennis Nash (Andrew Garfield) dans 99 Homes de Ramin Bahrani © Wild Bunch Distribution

99 Homes est intéressant car ses héros sont complexes. Rick est un salaud manipulateur conscient de sa cupidité et Michael Shannon réussit parfaitement à saisir cet homme et lui apporter la juste humanité qui lui sied. Dennis est évidemment plus identifiable, héros miséreux qui cède à la facilité avec honte. Son  désir de solidarité envers les autres expulsés est intact mais volontairement enfoui. Ramin Bahrani fait la part belle au réalisme et à l’humanité de ses trois personnages.

Publicités

6 commentaires sur « 99 Homes – Tout le monde dehors ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s